31/12/2006

amour véritable...

Image6

j'ai longtemps cru que l'amour se décidait au gré du vent, un instant, un regard, un silence... il a fallu que je fasse mes preuves, que je retrouve confiance en ce sentiments... six années m'ont privé de cet émoi, je ne voulais plus être aimer ni aimer, cela faisais trop mal, le coeur brisé, les larmes aux yeux, le corps meurtri... s'il est vrai que l'amour donne des forces, il faut s'avouer qu'il peut être meurtrier, on ne parle pas assez des amours mortels... au delà, de chaque sourire se cache peut être un abus, au delà de chaque baiser se cache peut être une soumission,... les beaux parleurs, les manipulateurs, les désaxés sexuelles,..., qui peut prétendre aimer dans les premiers instants... je me suis laissé prendre au piège, j'ai bougé mes cloisons et je n'étais plus maître de mes sentiments... je bougeais, toujours en mouvance, en longue errance, combattre l'amour revenait à mourir...

 

J'ai vécu cet amour, celui d'une tristesse infinie, là où le coeur entraine et nous ramène quand il fait pleurer deux fois les mêmes larmes

 

Image15

 

Désormais, pour m'engager dans une histoire d'amour avec quelqu'un, je dois ressentir les sentiments d'un amour véritable...

Il n'y aura plus de demi-mesure...

13:28 Écrit par Piedro | Lien permanent | Commentaires (1) |  Facebook |

Mélodie d'amitié (dédié à Chantal)

Image21

Tu as perdu ton meilleur ami,

De son propre choix, il est parti,

Il t’a laissé seule, nostalgique,

Enfui ta force volcanique.

 

Tu n’as pas su comprendre,

Ce départ, sans geste tendre,

Tu t’es sentie abandonnée,

Sans le vouloir, il t’a isolée.

 

Depuis, la tristesse te prend,

Sur ton visage, elle s’étend,

C’est la dure loi du suicide,

Ce départ laissant le vide.

 

Il y a encore les souvenirs,

Ceux-ci sont dépourvus de rire,

Le bonheur semble t’avoir quitté,

Mais persiste votre amitié.

 

Toujours tu te souviendras,

De ses sourires en éclats,

De ses mélodies enchantées,

Que tu aura bon de les rejouées !

 

Son choix, il faut l’accepter,

Ce n’est pas signe d’infidélité,

Juste une souffrance, un mal,

Signe d’une douleur mentale.

 

Il n’aura pas oublier tes sourires,

Tes yeux aux éclats de zéphire,

Il est parti mais il restera là,

Au coin du cœur, au fond de toi.

Ma plume.

12:46 Écrit par Piedro | Lien permanent | Commentaires (1) |  Facebook |

30/12/2006

la nuit danse

dyn004_original_623_471_pjpeg__84501c155facbd2668907f911eb7b1a9

Le jour va bientôt tomber,

La lune va se montrer,

Déjà les étoiles se posent,

Dans le ciel couleur rose,

Qui tranche vers l’orange,

Pour laisser place aux anges.

Un mystérieux fluide,

Qui paraît translucide,

Laisse les derniers rayons,

Apparaître à l’horizon,

Et au-delà de ce paysage,

Se dessine ton visage.

Les astres s’illuminent,

Les étoiles se taquinent,

La lumière se sublime,

Le voile de nuit s’affirme,

La lune va bientôt valser,

Devant nos yeux émerveillé.

Le profil, doucement, se précise,

Sous le souffle d’une légère brise,

Une fleur de nuit va s’ouvrir,

Laissant la place au souvenir,

Entre les étoiles se crée le vide,

Les aventuriers en sont avides,

De découvrir les mystères,

Qui se cachent entre les sphères,

Peuvent-ils imaginer seulement,

Que ce qu’ils entendront est un chant,

Celui des anges du crépuscule,

Qui entretienne leur précieux conciliabule,

En entretenant toujours la musique,

Cette force soutenant de la rythmique,

Pour que lune continue à danser,

Et éternise son ballet enchanté.

Le jour, reviendra trop vite,

Déjà, leurs hôtes nous  quittent,

L’aurore d’un nouveau jour,

Sort de la terre de velours,

Gravit l’espace inter-dimenssionnelle,

Pour éblouir les jours conventionnelles,

Ceux des hommes de notre société,

Les coureurs du temps, les pressés,

Ceux qui ne connaissent pas la magie,

Sauf, peut être, les victimes d’insomnies,

Qui savourent les courbes de la nuit,

Ainsi que les danses et chants évanoui…

Ma plume.

15:56 Écrit par Piedro | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |